14 février 2022

Hommage à Philippe van Kessel 1946-2022

Philippe van Kessel

1946 – 2022

 

Aujourd’hui, le monde du théâtre est en deuil. Il vient de perdre l’une des figures marquantes de son histoire. Philippe van Kessel s’en est allé.

La FEAS salue chaleureusement la personnalité de cet homme épris de théâtre et rempli d’énergie salvatrice.

Le Théâtre des Tanneurs  et le Théâtre National, dont il fut directeur de 1989 à 2005  lui doivent beaucoup.

Avec Stanislas Defize, il crée  en 1973 l’atelier Saint-Anne.  D’abord installé au cœur du Sablon (rue St-Anne), l’Atelier prend ses quartiers rue des Tanneurs. Il en épouse d’ailleurs le nom en 1998 pour devenir l’actuel Théâtre Les Tanneurs.

Philippe van Kessel anime un lieu hors normes. L’audace chevillée à l’âme, il aime sortir des sentiers battus. C’est cela qui séduira le CA du Théâtre National de l’époque,  encore hébergé dans la Tour Rogier, en plein cœur de Bruxelles.  S’en suivront des années de créations, d’accueils et de paris merveilleux. Et puis, l’ombre des ennuis administratifs se déploie au-dessus de la Tour Rogier, le Théâtre National doit déménager. Grâce à la détermination de Philippe van Kessel,   il s’installe d’abord  au Pathé Palace et ensuite, au  111 Bd Emile Jacqmain.

°°°

Alexandre Caputo, directeur du Théâtre des Tanneurs,  écrit: J’apprends le décès de Philippe van Kessel. Je lui dois énormément.

Philippe a créé l’Atelier St Anne qui est ensuite devenu Le Théâtre Les Tanneurs.

C’est aussi lui qui m’a fait confiance et qui m’a engagé au Théâtre National en 2003 alors que nous ne nous connaissions pas.

Sans lui, je n’aurais pas travaillé au National, je n’aurais pas pu découvrir de l’intérieur le fonctionnement d’une grande maison et y apprendre mon métier. Sans lui, je ne serais pas aux Tanneurs tout simplement parce que les Tanneurs n’existeraient pas.

Philippe est aussi celui qui a ancré le Théâtre National dans la modernité. Il en a fait une maison de création contemporaine. Et cela c’est inestimable.

Merci merci merci merci merci merci merci merci merci merci merci merci merci merci merci…

Philippe Sireuil, Directeur du Théâtre des Martyrs, écrit: J’apprends à l’instant la mort de Philippe Van Kessel, l’un des “jeunes loups du Jeune Théâtre” comme un journal nous avait appelés à l’époque. Acteur (je me souviens, entre autres, encore de lui dans “Et ils passèrent des menottes aux fleurs”, un texte d’Arrabal au Théâtre Expérimental de Belgique, dans “Mesure pour mesure” mis en scène par Marc Liebens au Théâtre du Parvis), metteur en scène (“Le pupille veut être tuteur”, “Dialogues d’éxilés”, “Par-delà le bien et le mal”, “La trilogie du revoir”, “Ella” et bien d’autres), il fut le fondateur du Théâtre de l’Atelier Sainte-Anne, d’abord à la rue Sainte-Anne, qui émigra à la rue des Tanneurs où se trouve aujourd’hui le théâtre du même nom. Il deviendra plus tard le directeur du Théâtre National de Belgique.

Un “grand nom” de l’histoire de notre théâtre francophone de Belgique n’est plus.

C’était un ami, je le pleure.

Pierre Thys, Directeur du Théâtre National écrit: Philippe van Kessel est décédé ce 11 février.
Sa carrière est étroitement liée à l’histoire du théâtre belge francophone. Il a dirigé le Théâtre National Wallonie-Bruxelles de 1990 à 2005. Pensées à ses proches et ses compagnons de route qu’étaient, parmi tant d’autres, les 3 comédiens permanents du Théâtre National Jean-Pierre Baudson, Patrick Donnay et Alfredo Canavate. Il m’avait très gentiment félicité lors de ma nomination, nous avions prévu de nous voir en 2022 …

Pierre Derthe, président de l’Union des Artistes, nous rappelle aussi l’engagement de Philippe van Kessel pour fédérer les arts de la scène : À titre personnel, je me souviendrai de toi très précisément dans deux moments particuliers…: le mouvement de protestation du 31 mai 2001 duquel tu fus immanquablement lié et qui a donné naissance à un grand nombre des fédérations professionnelles actuelles, non encore actives à l’époque, ainsi qu’à la création d’une (première) véritable confédération professionnelle: la FAS, la Fédération de professionnel.le.s des Arts de la Scène qui a marqué avec Michel Boermans à sa tête une nouvelle ère au niveau des politiques culturelles, de l’implication des fédérations de travailleurs et de travailleuses des arts, des porteurs et porteuses de projets, des directeurs et directrices de lieux, etc.

Aujourd’hui la FEAS (et l’UPACT ) sont héritières de  toute cette implication.

Comédien, metteur en scène, directeur, rassembleur d’énergies, Philippe van Kessel était tout cela et bien plus encore. Nous ne l’oublierons pas et nous adressons nos plus sincères condoléances à sa famille.